Vous êtes ici

Ecaille chinée

Ecaille chinée (Euplagia quadripunctaria)

Statut de protection

  • Directive "Habitats" : annexe II

 

 

Description

 

Papillon de taille moyenne aux ailes antérieures de 23 à 29 mm à fond blanc crémeux, striées de bandes noires, aux ailes postérieures orange avec quelques taches noires, à l’abdomen orangé orné d’une ligne médiodorsale de taches noires.

 

Biologie de l'espèce

Régime alimentaire : les chenilles sont très polyphages. Elles se rencontrent sur diverses plantes herbacées (surtout dans les mégaporbiaies nitrophiles et en sous-bois) et sur des ligneux. Les adultes butinent également de nombreuses espèces du bocage et des marais.

Cycle de développement : espèce monovoltine pondant de juillet à août. Les chenilles éclosent une douzaine de jours après la ponte et rentrent rapidement en diapause hivernale (cocon à la base des plantes). L’activité reprend au printemps, la nymphose débute en juin et 4 à 6 semaines plus tard, il y a nouvelle émergence.

Les adultes ont une activité diurne et nocturne. Les chenilles se nourrissent principalement la nuit.

 

Facteurs écologiques - Habitats

Euplagia quadipunctaria fréquente en grand nombre des milieux humides ou xériques ainsi que des milieux anthropisés (espèce eurytope). Elles se rencontrent donc dans de nombreux habitats, qu’ils soient d’intérêt communautaire ou non.

 

Facteurs favorables

   

  • Présence de plantes à fleur : Epuratoire chanvrine, Crises, Chardons, Centaurées
  • Entretien des boisements (coupes d’éclaircies, débroussaillage extensif)

Facteurs défavorables

Destruction des habitats : mise en culture, intensification sylvicole, aménagements

 

Etat de conservation des populations et des habitats sur le site

Plusieurs contacts ont eu lieu avec l’espèce en périphérie des marais. Il semble que la population soit ici relativement développée comme à peu près partout en France. S’agissant d’une espèce très généraliste, ses populations comme ses habitats ne sont sans doute pas en danger.

Enjeux

Cette espèce est considérée comme prioritaire sur l’annexe II de la Directive Habitat – Faune – Flore.

Les experts européens ont été surpris de la présence de cette espèce dans l’annexe II car elle ne répond pas au concept de cette annexe dans la majorité des Pays de la communauté.

Le groupe d’experts sur les invertébrés de la convention de Berne considère que seule la sous espèce Callimorpha quadripunctaria rhodonensis (endémique d’île de Rhodes) est menacée en Europe (Legakis a., 1997).

Il n’y a donc sans doute pas lieu de prendre des mesures spécifiques pour un taxon aussi fréquent, trouvant par ailleurs, sur le site, une étendue particulièrement importante d’habitats favorables.

________________________

En téléchargent le document d'objectif,  vous aurez la liste des espèces présents sur les marais de l'Erdre.