Vous êtes ici

La moule d’eau douce

La moule d’eau douce (Unio crassus)

Statut de protection

  • Directive "Habitats" : annexe II et IV
  • Liste rouge mondiale : en danger
  •  

Description

La Moule de rivière est un Mollusque Lamellibranche d'eau douce. La coquille présente une forme ellipsoïdale dont la partie postérieure est beaucoup plus longue que la partie antérieure.

 Elle est constituée de deux valves très épaisses reliées par une charnière assez bien développée. La fermeture est assurée par la présence de deux dents cardinales coniques bien séparées sur la valve gauche et d'une dent cardinale conique sur la valve droite.

La coquille présente des bandes d'accroissement denses et régulières et sa couleur est généralement brun foncé, plus rarement brun clair. Elle peut également présenter des plages de coloration vert bouteille. La nacre de l’intérieur des valves est légèrement rosée.

La longueur de la Moule de rivière adulte varie de 50 à 70 mm, sa hauteur de 23 à 33 mm et son épaisseur, de 25 à 35 mm.

Biologie de l'espèce

La Moule se nourrit par filtration. Son alimentation est essentiellement constituée d'algues filamenteuses et de détritus végétaux.et gîtes estivaux.

Le cycle de vie comporte 4 stades de développement : larves glochidie, les stades parasitaire, juvénile et adulte. La famille des Unionidés se caractérise par un mode de reproduction particulier : les larves glochidies sont expulsées par les adultes (non sexuées) pour aller se fixer et s’enkyster sur les branchies des poissons salmonidés (truites, saumons) afin de terminer leur développement, sans dommages pour le poisson-hôte.

 L'espérance de vie est d'environ 20-30 ans.

Facteurs écologiques - Habitats

La Moule vit en colonies sur les fonds sableux, sablo-limoneux ou vaseux des rivières et des fleuves. La Moule de rivière se retrouve plus souvent dans des eaux assez riches en nitrates et en calcium. Il est indispensable pour la reproduction que ces rivières aient une population saine de poissons hôtes.

 

Facteurs favorables

-
   

Facteurs défavorables

  • l'eutrophisation et à l'augmentation des concentrations en polluants divers qui diminuent les capacités de reproduction de l'espèce et les densités des     poissons hôtes.
  • Toutes les transformations physiques des cours d'eau (enrochements, curages, barrages et entretiens de rivières mal conduits) perturbent fortement le biotope.
  • La diminution de la densité et de la libre circulation des poissons hôtes ainsi que l'introduction d'espèces piscicoles étrangères peuvent aussi entraîner la disparition de l'espèce en empêchant le développement normal des larves.
  • Unio crassus ne se reproduit plus dès que sa densité diminue.

 
Principes de conservation des populations et des habitats

 La très forte diminution de l'espèce en Europe entraîne la nécessité de mesures de gestion urgentes pour éviter une disparition totale.

Les mesures les plus importantes devront concerner la qualité du milieu comme il se doit pour un bioindicateur.

Ainsi, une diminution très forte de l'eutrophisation, due notamment à l'activité agricole, et de toute pollution chimique, est impérative.

Toute création de retenue, même minime, en diminuant le courant, fait disparaître l'espèce. Tout recalibrage lui est aussi préjudiciable. Par ailleurs, la préservation et la restauration des populations de poissons hôtes sont indispensables pour la survie de l'espèce.
 

________________________

En téléchargent le document d'objectif,vous aurez la liste des espèces présents sur les marais de l'Erdre.