Vous êtes ici

Le Damier de la Succise

Le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia)

Statut de protection

  • Directive "Habitats" : annexe II et IV
  • Liste rouge mondiale : en danger
  • Protection nationale : Arrêté du 22.07.1993, JO du 24.09.1993

Description

Ce papillon est d'une envergure moyenne de 35 mm.

 

Adultes : les ailes, de couleur générale fauve pâle, présentent un aspect chamarré avec une alternance de taches orangées, noires, blanchâtres à jaunes sur leur face supérieure.

 

 La femelle est de même couleur et généralement plus grande que le mâle.

 

Chenille : son corps est noir avec de nombreuses spicules très ramifiées. On observe une bande dorsale formée d’un semis abondant de taches blanches et une bande latérale, au niveau des stigmates, formée de grandes macules blanches peu nombreuses. Sa taille est en moyenne de 27 mm au dernier stade larvaire.

 

Chrysalide : elle est blanche avec des taches noires et oranges.

 

Biologie de l'espèce

 

  • Vol des adultes : ils ne volent que si le temps est ensoleillé. Dès le passage d’un nuage, l’adulte s’immobilise, ailes relevées. Dès que le soleil réapparaît le papillon étale ses ailes, reste exposé ainsi quelques instants et s’envole vivement.
  • Reproduction et ponte : L’accouplement dure au minimum 4 à 6 heures. Les femelles ne s’accouplent qu’une seule fois et la ponte principale s’effectue dans un délai de un à quelques jours après l’accouplement.
  • Chenille : les plantes-hôtes sont la Succise des prés (Succisa pratensis), la Centaurée scabieuse (Centaurea scabiosa), la Scabieuse colombaire (Scabiosa columbaria).
  •  Adultes : ils sont floricoles. On les observe sur les anthemis (Anthemis sp.), les chardons (Carduus sp.), les centaurées (Centaurea sp.), les cirses (Cirsium sp.), les globulaires (Globularia sp.), les épervières (Hieracium sp.), la Renouée bistorte (Polygonum bistorta), la Potentille tormentille (Potentilla erecta), les renoncules (Ranunculus sp.), la Bétoine (Stachys officinalis), les trigonelles (Trigonella sp.)…
  • Cette espèce est monovoltine (une seule génération par an).
  • Adultes : la période de vol des adultes s’étale sur 3 ou 4 semaines d’avril à juillet.
  • OEufs : ils sont pondus en paquets successifs sur le dessous des feuilles de la plante hôte. Leur nombre est généralement important lors de la première ponte (jusqu'à 300).
  • Chenilles : on observe 6 stades larvaires. Les trois premiers stades se déroulent à l’intérieur d'un nid de soie communautaire édifié par les chenilles sur la plante hôte et déplacé au fur et à mesure de la consommation des feuilles. Elles entrent en diapause à la fin de l’été, au quatrième stade larvaire. La levée de la diapause intervient généralement au printemps et dépend des conditions climatiques. Les chenilles sortent du nid, s’exposent une grande partie de la journée au soleil et s’alimentent en fin de journée et durant une partie de la nuit. Très vite, elles se dispersent pour s’alimenter seules au sixième stade larvaire.
  • Chrysalides : la nymphose a lieu non loin du sol, souvent sur les feuilles de la plante hôte. Elle dure d’une quinzaine de jours à trois semaines et se produit de fin mars au mois de juin ou juillet, en fonction des conditions du milieu.

Facteurs écologiques - Habitats

Cette sous-espèce se rencontre dans des biotopes humides où se croissent ses plantes-hôtes. En région Centre, l'espèce est plus particulièrelent inféodée aux prairies fraîches de fauche et de pâture.
A l’échelle d’une région, l’habitat est généralement très fragmenté. Les populations ont une dynamique de type métapopulation avec des processus d’extinction et de recolonisation locales.

 
Facteurs favorables

    

Facteurs défavorables

  • L’assèchement des zones humides dans le cadre d’une urbanisation non aîtrisée et d’une politique agricole locale intensive est un des facteurs de menace le plus important. Ceci rovoque une fragmentation importante des habitats potentiels et une isolation des populations.
  • Les impacts sur les populations de la plante-hôte se répercutent rapidement sur l'espèce : l’amendement des prairies en nitrates qui fait disparaître la Succise, de même que la gestion du milieu par le pâturage ovin qui exerce une forte pression sur la plante.
  • La fauche pendant la période de développement larvairepeut également être incriminée.

 
Principes de conservation des populations et des habitats

En termes de gestion, la mise en place d'un système de fauche compatible ave le maintien de l'espèce apparaît la mesure de gestion la plus intéressante pour les populations françaises, mais des expérimentations de pâturage bovin peuvent aussi être menées.
 

________________________

En téléchargent le document d'objectif, vous aurez la liste des espèces présents sur les marais de l'Erdre.