Vous êtes ici

Le Grand Capricorne

Le Grand Capricorne (Cerambyx cerdo)

Statut de protection


 

  • Directive "Habitats" : annexe II et IV
  • Convention de Berne : annexe II
  • Protection au niveau national

Description

La taille des adultes varie de 24 à 55 mm. Leur corps est de couleur noire brillante avec l’extrémité des élytres brun-rouge. L’angle sutural apical de l’élytre est épineux. Le pronotum est fortement ridé avec une pointe sur le côté.

Les antennes dépassent de trois ou quatre articles, l’extrémité de l’abdomen chez le mâle. Elles atteignent au plus l’extrémité de l’abdomen chez la femelle. La larve atteint 6.5 à 9 cm de long au dernier stade. Elle est blanche avec le thorax très large par rapport à l’abdomen. Le nymphe est de couleur blanchâtre ; elle noircit au cours de la métamorphose

Biologie de l'espèce

Le développement de l’espèce s’échelonne sur trois ans. Les œufs sont déposés isolément dans les anfractuosités et dans les blessures des arbres. La période de ponte s’échelonne du mois de juin au début du mois de septembre.

La durée du développement larvaire est de 31 mois. A la fin du dernier stade, la larve construit une galerie ouverte vers l’extérieur puis une loge nymphale qu’elle obture avec une calotte calcaire.

Ce stade se déroule à la fin de l’été ou en automne et dure 5 à 6 semaines. Les adultes restent à l’abri de la loge nymphale durant l’hiver. La période de vol des adultes s’étale généralement de juillet à août.

Généralement, les adultes ont une activité crépusculaire et nocturne. Les larves de Cerambyx cerdo sont xylophages. Elles consomment le bois sénescent et dépérissant, parfois aussi le bois sein. Les adultes ont été observés s’alimentant de sève au niveau de blessures fraîches. Ils sont souvent observés s’alimentant de fruits mûrs.

 

Facteurs écologiques - Habitats

Ce Cérambycide peut être observé dans tous les types de milieux comportant des chênes relativement âgés (habitats larvaires), des milieux forestiers bien sûr, mais aussi des arbres isolés en milieu parfois très anthropisés, notamment dans les vieux parcs associés aux demeures et châteaux bordant les marais de l’Erdre.

 

Facteurs favorables

   

  • Présence de vieux chênes en bonne densité dans les boisements
  • Traitement en futaie ou taillis – sous-futaie jardinée à longue période de révolution
  • Taille des arbres en lisières ou isolés, sous forme de têtards

Facteurs défavorables

  • Coupes à blancs
  • Traitement en taillis ou révolution trop courte

 

Etat de conservation des populations et des habitats sur le site

Sans doute moins répandu que Lucanus cervus car moins ubiquiste, l’espèce est présente dans le parc « des Brosses » à Nort-sur-Erdre.

Nous avons figuré sur la carte, les autres habitats potentiels probables (bonne densité de vieux chênes), ou possibles (quelques arbres âgés au sein du boisement ou du parc considéré).

Le niveau de population est très difficile à estimer. Les habitats ne sont guère répandus au sein de l’aire d’étude sensu stricto. Cette espèce semble assez commune dans la région nantaise (rare dans le nord de la France et très commune dans le midi).

Enjeux

Espèces de référence. Espèce d’intérêt communautaire (annexe II de la Directive Habitats – Faune – Flore), protégée aux niveaux national (arrêté du 22.07.93) et européen (annexe IV de la Directive, annexe II de la Convention de Berne). L’espèce a nettement régressé en Europe au nord de son aire de répartition (Luce J.M., 1997) et en France, ses populations semblent très localisées dans le nord.
Le maintient de vieux chênes sénescents dans toute son aire de répartition est bénéfique à un cortège de coléoptères saproxyliques souvent dépendants de ce xylophage pionnier.
En milieu anthropisé, l'espèce peut se révéler dangereuse pour la sécurité publique en provoquant la chute de grands chênes ornementaux. La lutte contre cet insecte (injection de polymères de renfort à propriétés insecticides dans les galeries larvaires) pose d'autre part un problème réglementaire pour une espèce protégée au niveau international.
 

________________________

En téléchargent le document d'objectif,  vous aurez la liste des espèces présents sur les marais de l'Erdre.